La tranchée et le « volcan » du parc Montsouris


Accueil > Étudier > Histoire de la Petite Ceinture > Infrastructure et bâtiments > La tranchée et le « volcan » du parc Montsouris


Par Petite Ceinture Info le 22 janvier 2020

À l’ouest de la station de voyageurs, la Petite Ceinture traverse la moitié est du parc Montsouris dans la tranchée dite « d’Arcueil », avant de s’engouffrer dans le tunnel dit « de Montrouge » qui passe sous la ligne de Sceaux (aujourd’hui les quais et les voies de la station « Cité Universitaire » de la ligne B du RER). À cet endroit, la Petite Ceinture prend des airs de ligne de montagne.

Tranchée (dite d’Arcueil) de la Petite Ceinture dans le parc Montsouris vers 1930
La tranchée comporte deux voies. Un signal mécanique contrôle l’entrée des trains dans le tunnel de Montrouge.

Après être passée sous les quais de la station « Cité Universitaire » de la ligne B du RER, la Petite Ceinture continue de franchir le parc Montsouris dans un tunnel qui, long de 800 mètres, passe ensuite sous la rue Paul Fort puis débouche à la hauteur de la rue du Père Corentin et le long de la Villa Virginie, à proximité de la porte d’Orléans et de la station de Montrouge-Ceinture.

Vue générale de la cheminée d’aération du tunnel de la Petite Ceinture dans le parc Montsouris.
La cheminée émerge au milieu d’un bosquet. Elle est entourée d’une plate-forme circulaire ceinturée d’un garde-corps. Cliché : Bruno Bretelle tous droits réservés.
Gros plan sur la bouche de la cheminée d’aération du tunnel de Montsouris
Un grillage soutenu par une structure en ciment empêche le jet d’objets dans la cheminée tout en laissant circuler l’air. Cliché : Bruno Bretelle tous droits réservés.

Dans la moitié Ouest du parc, près de l’allée justement appelée « de Montsouris », il existe un témoin de la présence de ce tunnel, dont on nous a rapporté qu’autrefois il était surnommé « le volcan » par les habitués du parc. Ce témoin n’est rien d’autre que la bouche de la cheminée d’aération du tunnel qui permettait l’évacuation de la fumée des locomotives à vapeur qui tractaient les trains. En effet, dans un tunnel, les mécaniciens diminuaient la quantité de vapeur injectée dans les cylindres de la locomotive afin de réduire le volume des fumées produites par la combustion du charbon dans le foyer. Mais cette manœuvre, si elle durait trop longtemps, entraînait une baisse du tirage du foyer, donc de la production de vapeur, et une baisse de la puissance de la locomotive. En passant sous cette cheminée d’aération, les mécaniciens pouvaient donc « remettre les gaz », c’est à dire relâcher de la vapeur, ce qui permettait à la locomotive de regagner de la puissance. Il résultait de cette manœuvre la génération d’un nuage de fumée qui remontait jusqu’à la surface au travers de la cheminée d’aération, à la manière d’un volcan !

Le volcan de Montsouris n’est pas le seul sur la Petite Ceinture. D’autres volcans existent dans d’autres tunnels !


Catégories associées


Histoire

Patrimoine