Le développement du service circulaire à la fin du XIXe siècle


Accueil > Approcher > Histoire de la Petite Ceinture > Le développement du service circulaire à la fin du XIXe siècle


Par Petite Ceinture Info le 24 novembre 2019

Si les pouvoirs publics voient dans l’exploitation d’un service urbain de voyageurs sur la Petite Ceinture Rive Droite un moyen de remédier au problème des transports parisiens, les compagnies ne sont convaincues ni de son utilité ni de sa rentabilité. Elles lui préfèrent le lucratif transport de marchandises. En 1862, elles finissent cependant par céder et démarrent un service de trains de voyageurs à partir du 14 juillet, jour de la Fête Nationale.

L’urbanisation des quartiers traversés et les expositions universelles successives de 1867, 1878, 1889 et 1900 accroissent la fréquentation des trains de ce service. Par conséquent, les compagnies revoient leur position et s’exprime favorablement en sa faveur après l’exposition de 1889.

Gare de la Maison-Blanche en 1867
Gravure parue dans l’hebdomadaire l’Illustration en 1867.

Pour desservir l’exposition de 1867, la Petite Ceinture Rive Droite et la ligne d’Auteuil sont reliées par la Petite Ceinture Rive Gauche, qui traverse les quartiers sud de Paris. Les trains de voyageurs de la Petite Ceinture assurent désormais un service circulaire en parcourant le tour de Paris entre la gare de Paris-Saint-Lazare et la porte Clichy. La ligne d’Auteuil voit désormais circuler ses propres trains et ceux du service circulaire. Un embranchement provisoire, construit le long de la Seine à partir de la Petite Ceinture Rive Gauche, dessert le Champs de Mars où se tient l’exposition.

Vue des quais de la station Point-du-Jour vers la Seine
Vue aérienne de la station en direction de la Seine. Au premier plan, le carrefour du boulevard Exelmans et de l’avenue de Versailles. Au loin, les collines du 15e arrondissement.

En mars 1869, quelques mois avant la fin du Second Empire, le Raccordement de Courcelles est mis en service entre les stations Avenue de Clichy et Courcelles-Levallois. Il permet de fermer la boucle. Désormais, le service circulaire parcourt le tour complet de Paris.

Carte des quatre sections constituantes de la Petite Ceinture et les dates de leurs mises en service respectives
Au nord et à l’Est, en Bleu foncé, la Petite Ceinture Rive Droite (1854). À l’Ouest, en bleu clair, la ligne d’Auteuil (1854). Au Sud, en vert, la Petite Ceinture Rive Gauche (1867). Au Nord-Ouest, en rouge, le Raccordement de Courcelles (1869).
Bruno Bretelle

Pour l’exposition universelle de 1878, de nouvelles stations sont ouvertes, des trains supplémentaires sont mis en circulation et l’embranchement du Champs de Mars devient permanent. Une gare terminus y est aménagée, dont le bâtiment des voyageurs est conçu par l’architecte Just Lisch. Ce bâtiment, aujourd’hui installé à Asnières et classé Monument Historique, fait l’objet d’un projet de restauration dans le cadre des travaux du Grand Paris.

Train du service de voyageurs de la Petite Ceinture franchissant le pont de l’avenue de Saint-Mandé en 1889
Le train comporte des voitures de 2e classe à impériale ouverte.

Pour l’exposition de 1889, marquée par l’inauguration de la Tour Eiffel, les derniers passages à niveau de la Petite Ceinture Rive Droite sont supprimés dans les 17e, 18e, 20e et 12e arrondissements. À cette occasion, de nombreux ouvrages d’art : tunnels, ponts et viaducs — sont bâtis et des stations sont reconstruites. Ces travaux permettent d’augmenter le nombre de trains de voyageurs. Paris dispose désormais d’une ligne circulaire considérée comme la première boucle d’un projet de chemin de fer métropolitain ressemblant à celui de Londres, qui fut mis en service en janvier 1863.

Article suivant : La Petite Ceinture et le Métro au début du XXe siècle

Le viaduc de la Petite Ceinture au-dessus du Cours de Vincennes en construction (1887-1889)

Articles sur le même thème


Catégories associées


Histoire