Films pour voyager avec le service circulaire


Accueil > Approcher > Histoire de la Petite Ceinture > Films pour voyager avec le service circulaire

Par Petite Ceinture Info le 16 mai 2021

Les films tournés durant les premières décennies d’existence du cinéma proposent une plongée dans le temps et permettent de voir vivre des lieux de la Petite Ceinture, notamment ses stations de voyageurs. Au travers des films que vous pouvez découvrir dans cet article, ce sont non seulement des informations sur la manière dont les trains du service circulaire étaient exploités, mais surtout une description de la manière dont nos ancêtres se déplaçaient à la fin du XIXe et au début du XXe siècles qui sont données.

Nous avons classé ces films dans l’ordre chronologique, afin de mieux suivre l’évolution de la composition des trains du service circulaire.

À la station Belleville-Villette en 1896

Ce film, réalisé quelques mois par Georges Demenÿ seulement après le fameux film des Frères Lumière consacré à l’arrivée du train en gare de La Ciotat, montre l’arrivée d’un train en gare de Belleville-Villette dans le 19e arrondissement.

Ce train appartient au service circulaire exploité par la Compagnie du Nord depuis 1893. Il est identifiable à la plaque portant la mention « Nord » accrochée au pied de la cheminée de la locomotive. Il est composé de matériels roulants (locomotives, fourgons et voitures) de cette compagnie. Ces trains avaient pour point de départ et d’arrivée la gare de Paris-Nord. Ce service et son évolution sont décrits en détail dans un article qui leur est consacré.

La voiture de 1re classe est identifiable par le capitonnage de ses portières, témoin d’un plus grand confort offert que dans les voitures de 2e classe. Cette voiture est située à l’avant du train derrière le fourgon de tête, disposition classique sur les trains du service circulaire. Un employé de la gare pousse un vélo afin de le déposer dans ce fourgon.

Ce train circule dans le sens des aiguilles d’une montre. Autrement dit, il vient de la station Pont de Flandre.

https://youtu.be/Ztm3MDjxjCE

Le long du Jardin du Ranelagh en 1905

Cette séquence est tirée du film burlesque « Cache toi dans la malle », produit par la société Pathé frères en 1905.

Dans cette séquence, un train du service circulaire passe sous la passerelle qui reliait le Jardin du Ranelagh au boulevard de Beauséjour, dans le 16e arrondissement. Cette passerelle était située près de la station Passy-La Muette.

Ce train est composé de fourgons et voitures ordinaires de 1re et 2e classe commandés par le Chemin de fer de Ceinture entre 1896 et 1899 pour remplacer les voitures à impériale (cliquer ici pour découvrir l’évolution des voitures des trains du service circulaire). Plus précisément, il est composé d’un fourgon, d’une voiture de 1re classe à 5 compartiments, de 5 voitures de 2e classe à 6 compartiments et d’une voiture de 2e classe comportant un fourgon. La voiture de 1re classe est située derrière le fourgon de tête.

Ce train circule dans le sens des aiguilles d’une montre. Autrement dit, il vient de la station Auteuil-Boulogne.

Un train de ceinture sous la passerelle du Ranelagh en 1905
par Réalisateur inconnu - Pathé frères
https://youtu.be/ze9BScaNhx8

À la station Pont de Flandre en 1906

Cette séquence est tirée du film burlesque « Un jour de paye », réalisé par Charles Lucien Lépine pour la société Pathé frères en 1906. Ce film raconte les tribulations à travers Paris d’un ouvrier ivre après avoir dépensé sa paie hebdomadaire au bistrot. Dans cette séquence, il tente de monter dans un train du service circulaire à la station Pont de Flandre dans le 19e arrondissement. Mais est repoussé par un autre voyageur.

Cette séquence est l’occasion de découvrir un train du service circulaire composé d’une locomotive à vapeur du Chemin de fer de Ceinture et de matériel remorqué (fourgons et voitures) de la compagnie du Nord (cliquer sur ce lien pour comprendre les raisons historiques d’une telle composition). La voiture de 1re classe est comme d’habitude placée derrière le fourgon de tête et comporte 4 compartiments. Les voitures de 2e classe comportent 5 compartiments et sont équipées d’un chauffage au moyen d’un thermosiphon, c’est à dire d’un poêle situé à l’extérieur de la voiture qui chauffe l’eau des radiateurs. Le tuyau de ce poêle longe la face de la voiture au centre de celle-ci.

Ce train circule dans le sens des aiguilles d’une montre. Autrement dit, il vient de la halte d’Est-Ceinture.

La station Pont de Flandre en 1906
par Charles Lucien Lépine - Pathé frères
https://youtu.be/8SM7mgtq52w

À la station Ménilmontant en 1909

Cette séquence est tirée du film « Chien jaloux », produit par la société Gaumont en 1909. Mais la présence d’une locomotive de la Compagnie du Nord en tête du train peut laisser penser que la séquence fut tournée au plus tard en 1908, année où cette compagnie abandonna l’exploitation du service circulaire (cliquer ici pour obtenir plus de détails à ce sujet). À moins que les locomotives de la Compagnie du Nord n’aient été encore utilisées en 1909 pour la traction des trains du service circulaire.

La composition du train est inversée par rapport au film précédent : la locomotive appartient à la Compagnie du Nord, tandis que les voitures appartiennent au Chemin de fer de Ceinture.

Ce train circule dans le sens des aiguilles inverse des aiguilles d’une montre. Autrement dit, il vient de la station Charonne-Voyageurs.

La femme et son chien attendent à la sortie de la station située du côté de l’église Notre-Dame-de-la-Croix. La sortie depuis le quai opposé, située côté banlieue, est visible au début de la séquence. Cette dernière sert aujourd’hui d’accès à la promenade aménagée à cet endroit par la Mairie de Paris (cliquer ici pour découvrir cet accès). L’extrémité de la passerelle de la rue de la Mare est également visible au début de cette séquence.

La station Ménilmontant en 1908
par Réalisateur inconnu - Gaumont
https://youtu.be/Lmffva1BTSU

Sur le pont-viaduc du Point du Jour en 1928

Ces deux séquences sont extraites du chapitre « Petite Ceinture » du film « Études sur Paris » réalisé en 1928 par André Sauvage.

La première séquence montre un train du service circulaire franchissant la Seine sur la Seine en direction de la station du Point du Jour située dans du 16e arrondissement. Il circule donc dans le sens des aiguilles d’une montre. Ce train est composé d’une locomotive à vapeur, d’un fourgon, d’une voiture de 1re classe, de 5 voitures de 2e classe et d’une voiture de 2e classe comportant un fourgon.

https://youtu.be/1192GHQ9LGw

La seconde séquence montre un train au même endroit mais circulant en sens inverse.

https://youtu.be/GB-gWXzXQM4

Au bord du canal de l’Ourcq en 1928

Cette séquence, tournée en 1928, est extraite du film « Paris la Belle », réalisé par Pierre Prévert en 1960.

Un train du service circulaire, et non un grand express européen comme écrit par Jacques Prévert dans le commentaire dit par Arletty, s’apprête à franchir le canal de l’Ourcq, dans le 19e arrondissement, en direction de l’Est de Paris.

https://youtu.be/L9glq9036E4

À la station Belleville-Villette en 1933

Étant partis de la station Belleville-Villette en 1896 avec le premier film présenté dans cet article, nous y revenons en 1933, ayant effectué le tour de Paris grâce au service circulaire !

La première scène du film « Zéro de conduite », réalisé par Jean Vigo, est tournée sur les voies de la gare aux marchandises qui jouxtait la station Belleville-Villette (cliquer ici pour découvrir cette gare) dans le 19e arrondissement. L’occasion de découvrir d’exceptionnelles vues de l’intérieur des voitures de 2e classe mises en service à partir de 1897 sur la Petite Ceinture.

Les compartiments de deux voitures sont utilisés dans cette scène : le compartiment n°5 de la voiture B 1312 pour les plans avec les deux garçons et le compartiment n°3 d’une seconde voiture (Bdf 135) pour les plans avec le voyageur endormi, qui sont orientés dans le sens opposé par rapport aux premiers. Le second compartiment porte une plaque « non fumeur » que ne porte pas le premier.

La musique s’accorde à l’ambiance ferroviaire de la scène par l’emploi d’un rythme qui rappelle celui d’une locomotive à vapeur en marche. Les chuintements réguliers qui accompagnent la descente du train par les deux garçons sont ceux du compresseur d’air de la locomotive.

Dans le dernier plan de cette séquence, apparaît sur la droite un membre du personnel de la station Belleville-Villette.

Numéros de la voiture et du compartiment dans le film Zéro de Conduite de Jean Vigo
Voiture B (2e classe) numéro 1312 et compartiment numéro 5.
Jean Vigo
Scène du voyageur endormi dans le film Zéro de Conduite de Jean Vigo
La voiture est marquée BDf (2e classe avec fourgon). Une plaque en haut à gauche sur la vitre porte la mention non fumeurs. Le reflet dans la vitre de droite permet de voir que la caméra et l’éclairage sont masqués par les montants de la portière.
Jean Vigo
Extrait du film Zéro de conduite de Jean Vigo
Le numéro peint sur la cloison du compartiment à gauche est le numéro de ce compartiment dans la voiture.
Jean Vigo
https://youtu.be/x3kyO4cbvFA